La Traversée des trois cirques en 3 jours
>>
Accueil
>
Itinérance à pied
>
La Traversée des trois cirques en 3 jours
Gavarnie-Gèdre

La Traversée des trois cirques en 3 jours

Cols et Sommets
Faune
Refuge
Moyen
3j
33,5km
+2046m
-2209m
Traversée
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion
Comme son nom l’indique, cet itinéraire vous emmène à la découverte des trois joyaux de la vallée que sont les cirques glaciaires de Troumouse, d’Estaubé et de Gavarnie. Ces trois cirques sont très différents les uns des autres. Aucun ne ressemble à l’autre. Vous cheminerez au travers de paysages grandioses et d’une diversité étonnante !

Les 18 patrimoines à découvrir
Faune

Le cincle plongeur

Le Cincle plongeur est facilement reconnaissable : de la taille du merle, il est trapu, presque « rondouillard » avec une queue très courte. Son plumage marron et gris ardoise est surtout caractérisé par son large plastron blanc pur. C’est le passereau aquatique par excellence, le seul qui soit aussi à l’aise à la nage que sous l’eau où il arrive à se déplacer en marchant sur le fond. Il fréquente les cours d’eau rapides caillouteux, rocheux ou bien pourvus en souches et racines sur leurs berges.
lire la suite
Faune

La marmotte

La marmotte est un mammifère de la famille des rongeurs fouisseurs. Elle vit en colonie dans un terrier profond et complexe La marmotte se nourrit essentiellement de plantes, de vers de terre, de larves et d'insectes. Elle ne boit pas. La rosée du matin semble suffire à l'abreuver. La marmotte passe 6 mois de l'année à dormir ! Dans son réveil, elle adore se chauffer aux premiers rayons de soleil. Une longue sieste et une cure d'amincissement : elle sortira au printemps, ayant perdu environ 3 kg, c'est à dire la moitié de son poids d'automne.
lire la suite
Point de vue

Patrimoine mondiale de l'UNESCO

Les trois cirques glaciaires de Gavarnie, Estaubé et Troumouse font partie intégrante du site franco-espagnol “Pyrénées-Mont Perdu” inscrit en 1997 sur la liste du Patrimoine Mondial par l’UNESCO. Ce paysage de montagne exceptionnel, qui rayonne des deux côtés des frontières de France et d'Espagne, est centré sur le sommet du Mont-Perdu, massif calcaire qui culmine à 3 355 m. Le site, d'une superficie totale de 30 639 ha, comprend deux des canyons les plus grands et les plus profonds d'Europe sur le versant sud, du côté espagnol, et trois cirques glaciaires importants sur le versant nord, plus abrupt, du côté français. Ce site reflète également un mode de vie agricole autrefois répandu dans les régions montagneuses d'Europe. Il est resté inchangé au XXe siècle en ce seul endroit des Pyrénées, et présente des témoignages inestimables sur la société européenne d'autrefois à travers son paysage de villages, de fermes, de champs, de hauts pâturages et de routes de montagne. Le site Pyrénées-Mont Perdu est inscrit sur la liste du Patrimoine mondial à double titre : patrimoine naturel et patrimoine culturel. Seuls 39 sites à travers le monde bénéficient de cette double inscription par l’UNESCO.
lire la suite
Faune

L'isard

C'est l'animal emblématique des Pyrénées, utilisé comme symbole pour indiquer sur le terrain les limites du parc (balisées par une tête d'isard rouge sur fond blanc). Proche du chamois, il n'en reste pas moins une espèce pyrénéenne aux caractéristiques spécifiques. Protégée, étudiée, recensée par le parc national, la population d'isards dépasse aujourd'hui les 5000 têtes, alors qu'il n'y en avait plus que 1300 en 1967. L'isard vit en hardes allant jusqu'à 100 individus. Levez les yeux, l'isard aime l'altitude et les sites escarpés. C'est un animal sauvage, vous ne pourrez pas l'approcher, prévoyez des jumelles.
lire la suite
Faune

Le pipit spioncelle

Les pipits sont de petits oiseaux terrestres bruns et rayés qui fréquentent les pelouses alpines au-dessus des arbres à une altitude comprise entre 900 et 2 500 mètres. Ils regagnent en hiver le bord des lacs, marais et cours d'eau. Le Pipit spioncelle se nourrit essentiellement d'invertébrés et de graines.
lire la suite
Histoire

La dalle "Paget"

La dalle "Paget" fut érigée sur le plateau du Maillet (à 1848m d’altitude) en mémoire d’Henri Paget (1812-1874). Ce guide de haute-montagne originaire du hameau voisin de Héas a guidé et accompagné les plus grands noms du Pyrénéisme dans leurs exploits : Henri Russel, Franz Schrader, Alphonse Lequeutre ou encore Charles Packe. C’est d’ailleurs ce dernier qui fera graver cette dalle et son épitaphe en son honneur.
lire la suite
Refuge

Refuge des Espuguettes

Altitude 2027m - 54 places
Tél. : +33 (0)5 62 92 40 63
Site web

Pensez à réserver vos nuitées à l'avance.
lire la suite
Flore

La gentiane acaule

La gentiane acaule est une plante herbacée avec de grandes fleurs qui apparaissent de mai à juin. Plante vivace alpine tapissante de petites dimensions, son feuillage lustré vert moyen, en rosette basale laisse jaillir de très courtes tiges avec de grandes fleurs dressées, en forme de trompette, d’un sublime bleu intense, ponctué de vert à l’intérieur de la corolle. La gentiane acaule pousse entre 1400 et 3000 mètres d'altitude.
lire la suite
Flore

L'iris des Pyrénées

L’Iris des Pyrénées est une des plus belles espèces de la flore pyrénéenne. Plante vivace à bulbe, de taille moyenne (30-70 cm), elle porte deux fleurs de grande taille, bleu violacé vif au sommet de la tige. Cette espèce est caractéristique des pelouses bien exposées, ensoleillées et rocailleurs, au niveau subalpin et montagnard, jusqu’à 2300 mètres d’altitude. Elle est endémique des Pyrénées et des Monts Cantabriques.
lire la suite
Flore

L'aconit napel

L’aconit napel est une grande plante herbacée pouvant atteindre 1,5 m de hauteur. La tige, dressées, glabre, cylindrique, robuste, porte en son sommet un épi de fleurs. Cette plante pousse dans les lieux humides marécageux, les sols riches en engrais, les chemins et les rives de cours d’eau, ainsi que dans les régions montagneuses et alpines en dessous de 1800 mètres. Toutes les parties de cette plante sont extrêmement toxiques.
lire la suite
Refuge

Le refuge du Pailha

Refuge du Pailha
(1740 m  - 38 places)

Tél. : 05 62 92 48 48
Plus d'infos
lire la suite
Histoire

Toponymie "espugues"

Le mot "espugues" signifie une grotte, un abri sous roche ou un ancien abris de berger.
lire la suite
Flore

La Ramonde des Pyrénées

La Ramonde des Pyrénées est une plante herbacée vivace présentant une rosette de larges feuilles ovales, vert sombre, gaufrés sur le dessus, et couvertes de longs poils roux à l’envers. Les feuilles sont plaquées à la roche, formant un magnifique écrin aux tiges florales portant de grandes fleurs violettes à cœur orangé. On retrouve la Ramonde des Pyrénées sur des rochers frais et humides, souvent ombragés, de l’étage montagnard à l’étage alpin. Le genre est dédié à Ramond De Carbonnières, grand botaniste et pyrénéiste du début du XIXème siècle.
lire la suite
Faune

Le lagopède alpin

Le Lagopède alpin, appelé aussi Perdrix des neiges, tient sa particularité de son plumage changeant. Pour se fondre dans le milieu qui l'entoure, son pelage est blanc en hiver et gris-brun en été. Puis, il passe par toutes les nuances intermédiaires en automne et au printemps. Cette propriété s’appelle l’homochromie. Présent à l’étage nival au-dessus de 2 000 mètres, le Lagopède alpin ne saurait vivre ailleurs qu'en haute montagne. Il fréquente les versants rocheux enneigés, les crêtes et les pierriers souvent aux abords des névés. Le Lagopède alpin est essentiellement végétarien ; il se nourrit de bourgeons, de plantes d’altitude, ou encore de brindilles de saule.
lire la suite
Flore

L'iris des Pyrénées

L’Iris des Pyrénées est une des plus belles espèces de la flore pyrénéenne. Plante vivace à bulbe, de taille moyenne (30-70 cm), elle porte deux fleurs de grande taille, bleu violacé vif au sommet de la tige. Cette espèce est caractéristique des pelouses bien exposées, ensoleillées et rocailleurs, au niveau subalpin et montagnard, jusqu’à 2300 mètres d’altitude. Elle est endémique des Pyrénées et des Monts Cantabriques.
lire la suite
Point de vue

Patrimoine mondiale de l'UNESCO

Les trois cirques glaciaires de Gavarnie, Estaubé et Troumouse font partie intégrante du site franco-espagnol “Pyrénées-Mont Perdu” inscrit en 1997 sur la liste du Patrimoine Mondial par l’UNESCO. Ce paysage de montagne exceptionnel, qui rayonne des deux côtés des frontières de France et d'Espagne, est centré sur le sommet du Mont-Perdu, massif calcaire qui culmine à 3 355 m. Le site, d'une superficie totale de 30 639 ha, comprend deux des canyons les plus grands et les plus profonds d'Europe sur le versant sud, du côté espagnol, et trois cirques glaciaires importants sur le versant nord, plus abrupt, du côté français. Ce site reflète également un mode de vie agricole autrefois répandu dans les régions montagneuses d'Europe. Il est resté inchangé au XXe siècle en ce seul endroit des Pyrénées, et présente des témoignages inestimables sur la société européenne d'autrefois à travers son paysage de villages, de fermes, de champs, de hauts pâturages et de routes de montagne. Le site Pyrénées-Mont Perdu est inscrit sur la liste du Patrimoine mondial à double titre : patrimoine naturel et patrimoine culturel. Seuls 39 sites à travers le monde bénéficient de cette double inscription par l’UNESCO.
lire la suite
Faune

Le pic noir

Le plumage du Pic noir est noir luisant, avec une calotte rouge vif sur la tête, uniquement pour le mâle. Son bec est blanc ivoire avec la pointe noire. Ses pattes sont gris foncé et son œil est blanc teinté de jaune pâle. Véritable grimpeur, ses pattes courtes et trapues, prolongées par des ongles acérés lui permettent des prises efficaces. C’est le plus grand pic d’Europe. Le Pic noir est sédentaire. Bien représenté dans les Pyrénées, on le trouve jusqu’à 1 800 mètres d’altitude. Son domaine est la forêt de hêtres et de conifères. Les insectes, fourmis rousses, larves et œufs, qu’il happe dans les fissures du bois avec sa longue langue gluante constitue sa nourriture préférée.
lire la suite
Faune

L'isard

C'est l'animal emblématique des Pyrénées, utilisé comme symbole pour indiquer sur le terrain les limites du parc (balisées par une tête d'isard rouge sur fond blanc). Proche du chamois, il n'en reste pas moins une espèce pyrénéenne aux caractéristiques spécifiques. Protégée, étudiée, recensée par le parc national, la population d'isards dépasse aujourd'hui les 5000 têtes, alors qu'il n'y en avait plus que 1300 en 1967. L'isard vit en hardes allant jusqu'à 100 individus. Levez les yeux, l'isard aime l'altitude et les sites escarpés. C'est un animal sauvage, vous ne pourrez pas l'approcher, prévoyez des jumelles.
lire la suite


Profil altimétrique


Recommandations

- Période conseillée : de mi-juin à fin septembre
Renseignez-vous systématiquement sur les conditions météo et de praticabilité (enneigement) avant de vous engager sur l'itinéraire.

- Zone réglementée : l'itinéraire chemine en grande partie en zone-coeur du Parc national des Pyrénées : les chiens y sont interdits et le bivouac réglementé.
> En savoir plus.

Lieux de renseignement

Bureau d'Information Touristique de Gavarnie

Le village, 65120 GAVARNIE

https://www.valleesdegavarnie.com/ete/ma-destination/gavarnie-gedre

infotourisme@valleesdegavarnie.com

+33 (0)5 62 92 49 10

En savoir plus

Bureau d'Information Touristique de Gèdre

Place de la Bergère, 65120 GEDRE

https://www.valleesdegavarnie.com/ete/ma-destination/gavarnie-gedre

infotourisme@valleesdegavarnie.com

+33 (0)5 62 92 48 05

En savoir plus

Transport

Le parcours n’est pas une boucle mais une traversée du hameau de Héas au village de Gavarnie et implique idéalement de disposer de deux véhicules.

S’il existe des liaisons de bus entre les villages de Gèdre et Gavarnie, il n’existe en revanche aucune liaison en transports publics entre Gèdre et le hameau de Héas.

Un service de taxi est disponible à Gavarnie.
En savoir plus sur les transports disponibles

Accès routiers et parkings

Stationnement :

Parking après la Chapelle de Héas

Signaler un problème ou une erreur

Vous avez repéré une erreur sur cette page ou constaté un problème lors de votre randonnée, signalez-les nous ici :